Base de stick à lèvres

 

La recette

La base contient des huiles, beurres et cires végétales, l’argile est facultative.

Les ingrédients

Je vous renvoie au choix des huiles et beurre végétaux, à choisir en fonction de vos goûts, vos critères de respect de l’environnement, et votre budget. Ce baume contient principalement des huiles végétales. La cire lui permet de  L’argile blanche surfine lui donne un rendu plus mat et discret.

Vous pouvez ajouter 2 g de miel si ça vous plait, pour le goût surtout, car son action anti-bactérienne est faible en réalité. Mais ce sera difficile de le garder sur vos lèvres !

Si vous les stockez au frigo, il faut (comme pour la cuisine) sortir les beurres à l’avance. Le beurre de karité reste ferme à une température supérieure au beurre de coco (sa température de fusion est supérieure), il est donc plus adapté pour l’été.

 

Préparation

La fabrication est très simple:

  • Faire fondre la cire d’abeille et le beurre végétal ensemble dans un bain-marie, et ajouter l’huile
  • Ajouter les ingrédients facultatifs: argile et miel, puis mélanger au fouet
  • Laisser refroidir à 40°C (pour éviter les brûlures) et verser dans les conteneurs.
  • Ajouter les huiles essentielles (environ 6 gouttes pour 1 stick)
  • Laisser enfin refroidir quelques heures au frigo

Avec 100 mL, vous pouvez préparer 10 sticks à lèvres !

Le plus coûteux dans le stick à lèvres est l’emballage. Alors pourquoi pas réutiliser vos anciens tubes, et en fabriquer pour vos proches ? Il faudra bien sûr les nettoyer, et rincer à l’alcool.

 

J’ai testé pour ce stick: la coloration naturelle.

  1. Pour le rouge, à partir de carmin de cochenille (oui, à base des cochenilles (insectes) broyés, obtenus chez un producteur de pigments de ma région). Ces pigments ne sont pas solubles, ils doivent être broyés finement et bien dispersés dans les huiles.
  2. Pour le rose/violet, à partir des anthocyanes de patate douce et sureau (disponibles sur Aromazone). A l’origine elles sont solubles  dans l’eau, mais les pigments commerciaux ont été spécifiquement formulés pour être solubles dans l’huile, afin d’être utilisés tels quels.
    On peut par contre noter que l’ingrédient principal de ces pigments commerciaux est l’amidon phosphate, or l’amidon n’est pas naturellement phosphaté. Il s’agit d’une modification chimique, qui ne concerne pas le pigment, mais au global, cet ingrédient n’est donc plus de nature « végétale », mais « modifié » ou « semi-synthétique ».

 

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*